⟵ Retour

Pour une vraie politique communale de compostage : un défi que va relever Mieux Vivre Saint-Maurice !

En matière de gestion des déchets alimentaires qui sont par nature biodégradables, la législation impose un tri à la source d’ici au 31 décembre 2023 soit dans moins de quatre ans. Ce qui impose une réflexion solide en amont au niveau de l’organisation de ce service public dédié.

Avec un horizon cible pour Mieux Vivre Saint Maurice ! être en capacité de valoriser sur le territoire communal les biodéchets en compostage pour un retour au sol comme ressource naturelle.

A ce jour, les déchets alimentaires sont mélangés aux autres déchets divers (hors verre, carton, métal et plastique) et il y a donc une pollution mutuelle (ex : un pot de yaourt vide mais souillé avec des épluchures de légumes par exemple).

Ces déchets alimentaires ont la particularité de fermenter et donc de créer des gaz à effet de serre et notamment des jus. Ces derniers étant composés d’eau, cela nécessite beaucoup plus d’énergie notamment fossile pour les incinérer.

Dans le cadre d’une directive du Parlement européen de 2018, tous les biodéchets devront être triés et recyclés à la source ou collectés à la source séparément et non mélangés avec d’autres types de déchets. Cette politique s’inscrit dans la volonté d’augmenter la quantité de recyclage des déchets municipaux en poids, de 55% d’ici à 2025 jusqu’à 65% d’ici à 2035. Le défi est important et il faut s’y préparer. La question principale à se poser : comment sortir ces tonnages de biodéchets dans nos poubelles de manière efficace, rationnelle et pratique en apportant une valeur ajoutée en termes de valorisation de ressources pour le territoire ?

Le droit français est en cours d’évolution avec différents textes législatifs en cours de discussion mais déjà le code de l’environnement généralise de manière obligatoire le tri à la source de tous les biodéchets d’ici à 2025.

Cela suppose la construction d’une vraie gestion de projet environnemental sur la commune car le plan national de gestion des déchets formule un cahier des charges assez dense en terme de remontée de données: nombre et volume de composteurs installés par an, nombre d’habitants équipés d’un composteur par an, quantité calculée de biodéchets détournés par la collecte de proximité par an, quantité valorisée par collecte séparée par an, pourcentage de la population couverte par un dispositif de tri, etc.

Une planification s’impose et il faudra réfléchir à quelle filière de compostage nous souhaiterions nous engager :

-        La collecte séparée, encore très balbutiante, proposée à des habitants de Saint-Maurice : possibilité de déposer ses biodéchets au Marché Emile Bertrand auprès d’un prestataire qui les collecte et gère hors du territoire et sans valorisation en retour. Peu d’information disponible sur le contenu de cette mission de collecte (lieu d’envoi, traitement, valorisation, etc.),

-        Le compostage de proximité qui aurait notre préférence car son cycle est réalisé sur le territoire de la commune en y associant les habitants qui prennent davantage conscience de son processus de production et de ses avantages liés à sa visibilité et sa valorisation locale. 

Dans les faits, le compostage de proximité impose certaines règles pour éviter d’avoir un agrément sanitaire : maximum une tonne par semaine, nomination d’une personne référente, usage de proximité du compost.

Les études économiques montrent qu’il y a vrai gain financier en détournant les biodéchets en réduisant pratiquement par 2 le coût du traitement d’une tonne de déchets, grâce à une moindre tournée de camions.

Le principal point de réflexion repose notamment sur la réduction des nuisances qui pourraient être créées (odeurs, insectes, rongeurs, etc.). Une gestion optimale doit être menée pour les réduire en totalité. En faisant une veille en la matière, des sociétés innovantes proposent des solutions efficaces tant pour accélérer que maîtriser le processus de compostage dans le cadre réglementaire requis.

Ces solutions présentent l’avantage de démontrer le processus de compostage auprès des habitants qui prennent ainsi conscience de l’importance de la gestion des déchets, bénéfique en matière de sociologie comportementale.

Pour cela, il faudra que chaque habitant soit équipé pour réaliser ce tri à la source et ce avant le 31 décembre 2023. Muni d’un tel dispositif après une période de formation et d’apprentissage, l’exécutif local sera en droit d’exiger ce tri sous peine d’utiliser ses pouvoirs de police administrative. A l’inverse, l’exécutif local pourrait être poursuivi pénalement pour défaut d’installation et de mise en service d’un tel dispositif de proximité auprès des habitants.

D’une contrainte, en faire une belle opportunité en matière de politique environnementale communale ! Une mission que va mener Mieux Vivre Saint-Maurice !

Patrick GRANGE


Cette campagne municipale du 1er tour qui touche à sa fin !
A partir de ce soir minuit, le silence numérique républicain s'impose et nous devons cesser toute communication officielle. Bref comme si nous devions éteindre la lumière d'une pièce pour la rallumer encore plus vive ...
Une défense des intérêts de notre ville au niveau de notre agglomération qui pose question !
https://parisestmarnebois.fr/territoire/elus/ https://www.metropolegrandparis.fr/…/conseil-metropolitain-…...
Maisons de santé ? Le remède ? Plus grave Docteur !
Il y a des mesures qui à la première lecture paraissent séduisantes mais quand on connaît le sujet de manière détaillée, on peut se rendre compte qu'elles ne sont opérationnelles que si dépendantes d'un éco-système pl...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK